Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
club-mba-inscae.over-blog.com

La sale guerre des terres rares

27 Mars 2014 , Rédigé par Club Mba Inscae Publié dans #actualités & documentaires, #médecine et technologie et science

Les métaux rares issus des terres rares sont devenus un enjeu stratégique majeur, car ils sont indispensables au développement des produits technologiques. La demande a explosé cette dernière décennie. Aujourd'hui, la Chine, qui en possède la plus grande réserve mondiale, a restreint ses exportations. Est-ce que les métaux rares seront l'arme économique du XXIe siècle ? Est-ce que l'Afghanistan et ses minerais stratégiques était une autre raison officieuse de la guerre ? De même que pour un autre Grand Jeu, celui en Arctique, où les hydrocarbures ne sont pas les seuls objets de convoitise. Il faut attendre le projet Manhattan dans les années 1940 pour que les terres rares soient purifiées à un niveau industriel et les années 1970 pour que l'une d'elle, l'yttrium, trouve une application de masse dans la fabrication de luminophores des tubes cathodiques utilisés dans la télévision couleur. L'extraction et le raffinage des terres rares entraînent le rejet de nombreux éléments toxiques : métaux lourds, acide sulfurique ainsi que des éléments radioactifs (uranium et thorium). « Il faut injecter sept ou huit tonnes d'ammonium sulfate dans le sol pour extraire une tonne d'oxyde, ces liquides toxiques vont résider longtemps et les conséquences seraient épouvantables si l'eau souterraine était polluée » Cérium, terbium, samarium, gadolinium, ces métaux demeurent méconnus du grand public. Pourtant, ils sont présents dans les écrans, les téléphones et jusque dans les billets de banque. Communément appelés « terres rares », ces métaux sont l'objet de luttes économiques âpres. De plus, leur extraction a des conséquences dévastatrices pour l'environnement. Les dernières mines des Etats-Unis ont fermé, laissant la Chine en situation de monopole. Face à la demande croissante, on estime que dans cinq ans, la Chine ne pourra plus répondre à ses propres besoins en terres rares. Maintes opérations de prospection ont lieu : il y aurait des gisements en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, au fond des mers et sur la Lune.

Partager cet article

Commenter cet article